Lundi matin, l'empereur, sa femme et leurs petits Princes sont partis monter au Corcovado. Toujours en bus, d'ailleurs ça y est Canette a un nouveau mot de vocabulaire, elle arrête pas de dire "bus". Cette fois, j'ai bravé les interdictions, et mes craintes, j'ai osé prendre mon Reflex. On était les 1ers dans le bus, le routard nous avait bien précisé d'y aller le plus tôt possible pour éviter les hordes de touristes. Petite pratique du bus, on monte, on dit au chauffeur où on veut s'arrêter, on paye à un autre bonhomme, on passe un tourniquet et on s'accroche !!!

Nous voilà arrivés en bas du petit train à Cosme Velho il fait mais méga chaud, 30° à l'ombre et il n'est que 9h. On va cuire ! #6Canardsrôtisenmagret

DSC_1834    DSCN5081

 

DSC_1838     DSC_1845

Seuls les adultes payent le billet, good News ! Les Canetons ont le droit à un petit bracelet rouge. 

Nous sommes entourés d'un bus du 3ème âge qui poussent, poussent pour être les 1ers à monter dans le train. On arrive à se faire une place, on choisit 2 belles banquettes de 3 et là une employée nous parlant en portugais nous fait signe que ceux qui ont des bracelets rouges doivent être sur les genoux.... Euh comment vous dire !? Comment on fait pour mettre 4 Canetons sur les genoux de 2 adultes qui portent déjà un sac à dos de rando, une poussette et un appareil photo tout ça dans un espace très restreint, genre la classe économique de Ryanair !!! Évidemment, nous n'obtempérons pas. Adviendra, ce qu'il adviendra ! Allez, démarre petit train, fait un peu d'air en roulant...

DSC_1850     DSC_1851

L'Estrada de Ferroviaire Corcovado datant de 1884 s'élance enfin à travers la forêt tropicale, ça rafraîchit. On lève tous les bras pour aérer un peu. Ca grimpe sévère mais tant que je vois pas le vide tout va bien, c'est la forêt de Tijuca des 2 côtés, on cherche les singes quand tout à coup, plus d'arbre, le vide, Mon Dieu ce qu'on est haut !! Tellement haut ! Et puis, il s'arrête d'un coup sec. Pendant 3-4 min, il reste à l'arrêt, on ne sait pas si c'est normal, on ne sait pas si il va repartir, si on est arrivé, on sait rien...sauf que je suis très très mal. Je ne peux absolument pas lever les yeux, ce vide me paralyse. C'est moche !

Le train repart, on sent que la pente est encore plus raide, il peine à monter. Nous y voilà enfin, j'en peux plus. Vite, vite je veux descendre. Oh la vache ! C'est haut ! C'est encore plus haut qu'hier, beaucoup plus haut. Tu m'étonnes nous sommes aujourd'hui plus haut que les hélicoptères dans le ciel, nous sommes à 700m d'altitude. L'avantage c'est qu'on voit tout Rio. Le sud de Rio, le nord, l'est et l'ouest ! 

  DSC_1861            DSC_1873

DSC_1891              DSC_1883

Caneton n°2 qui nous parle de la statue de Rio depuis plusieurs semaines est aux anges, il n'arrête pas de la regarder mais on cherche vraiment l'ombre, c'est terrible cette chaleur. Il est 9h30, il y a déjà beaucoup de monde, cette chaleur est intenable, quelques photos et nous redescendons, direction la plage ! 

DSC_1901 

En redescendant nous sommes assaillis de questions par un monsieur assez âgé qui nous parle dans un anglais incompréhensible et d'une femme avec son petit-fils d'une 20aine d'années qui n'arrête pas de me dire que mon marido é beautiful, qu'elle le croquerait bien, qu'il lui rappelle un félin noir, ... #AlartealaCougar !

Tant bien que mal nous essayons de prendre de congés de ces sangsues sans paraître pour autant impolis (ça sert des fois d'avoir des Canetons !) et nous partons vers d'autres aventures ... La plage, il faut se rafraîchir ... Vite !

Mais pas n'importe quelle plage, nous votons tous pour celle de Copacabana, c'est pas comme si c'était la plus dangereuse ... 

Les Canetons et papa Canard partent profiter des plaisirs du sable et de l'eau pendant que les filles partent pour du shopping à la brésilienne : paréos, maillots de bain rikiki, paniers, bijoux, ... J'adore leur mode ici on est en plein dans le hippie chic, j'ai envie de tout acheté, c'est trop joli et pas cher !

Les centres commerciaux sont pas du tout comme chez nous, on rentre par une petite porte, genre la porte d'une boutique et on arrive dans un hall avec un ascenseur. Celui-ci à 13 étages, et à chaque étage il y a une 10aine de boutiques, ce qui me fait 130 boutiques à explorer ! Ils sont pas près de me revoir sur la plage les gars !! 

Il faut savoir qu'il n'y a aucune cohérence dans les magasins, on passe des maillots de bain aux robinets, puis à un coiffeur, à un vendeur de bijoux, ... C'est spécial m'enfin si il y a des bons prix, je ne m'en offusquerai pas !

Je reviens à la plage au bout de 1h30 avec des sacs plein la poussette. Juste le temps d'enlever mon short qu'une grosse averse nous tombe dessus, vite vite on ramasse tout, on fourre tout dans le sac à dos et on se dépêche de trouver un magasin pour se mettre à l'abri. Au bout de 40min, ca ne se calme toujours pas, mais on va pas prendre racine sous la devanture du magasin qui vend des luminaires, j'ai déjà fait le tour 4 fois et rien ne me plait alors soit on change de devanture soit on rentre. On décide de rentrer ... toujours par le bus. C'est assez folklo, le bus s'arrête au milieu de la route, mais comme l'eau a envahi les routes et qu'il y a des trous sur les routes, nous sommes contraints de marcher dans des flaques énormes, les Canetons sont trempés jusqu'aux genoux, à certains endroits on doit porter la poussette, tout ça pour rentrer dans un bus qui a laissé ses fenêtres ouvertes qui a donc les sièges trempés et qui prend l'eau par les fenêtres !!! 

Ça tombe bien les Canetons n'avaient eu le temps de sécher de leur baignade ...

Bref, après donc un retour humide a l'appartement, nous nous octroyons une soirée tranquille. #Jeude6Familles (on a perdu la mère et le fils de la 7ème famille !)